Startseite | Gemeinsame Startseite | Publizieren! | Feature Archiv | Newswire Archiv | Trasharchiv


Über Indymedia.ch/de
Indymedia-Café
Editorial Policy / Moderationskriterien
Über Sprache sprechen - Sexismus in der Sprache
Wie kann ich auf Indymedia.ch publizieren / Allgemeines zu Medienaktivismus
Kontakt
Wiki
Mailingliste
Medienaktivismus
Gedanken zu Provos & Fakes
Links









 
www.indymedia.org

Projekte
print
radio
satellite tv
video

Afrika
ambazonia
canarias
estrecho / madiaq
kenya
nigeria
south africa

Kanada
london, ontario
maritimes
montreal
ontario
ottawa
quebec
thunder bay
vancouver
victoria
windsor

Ostasien
burma
jakarta
japan
korea
manila
qc
saint-petersburg

Europa
abruzzo
alacant
andorra
antwerpen
armenia
athens
österreich
barcelona
belarus
belgium
belgrade
bristol
brussels
bulgaria
kalabrien
croatia
cyprus
emilia-romagna
estrecho / madiaq
euskal herria
galiza
deutschland
grenoble
hungary
ireland
istanbul
italy
la plana
liege
liguria
lille
linksunten
lombardia
london
madrid
malta
marseille
nantes
napoli
netherlands
nice
northern england
norway
nottingham
oost-vlaanderen
paris/île-de-france
patras
piemonte
poland
portugal
roma
romania
russia
sardinien
schottland
sverige
switzerland
thorn
toscana
toulouse
ukraine
großbritannien
valencia

Lateinamerika
argentina
bolivia
chiapas
chile
chile sur
brasilien
sucre
colombia
ecuador
mexico
peru
puerto rico
qollasuyu
rosario
santiago
tijuana
uruguay
valparaiso
venezuela

Ozeanien
aotearoa
brisbane
burma
darwin
jakarta
manila
melbourne
perth
qc
sydney

Südasien
india
mumbai

Vereinigte Staaten
arizona
arkansas
asheville
atlanta
austin
austin
baltimore
big muddy
binghamton
boston
buffalo
charlottesville
chicago
cleveland
colorado
columbus
dc
hawaii
houston
hudson mohawk
kansas city
la
madison
maine
miami
michigan
milwaukee
minneapolis/st. paul
new hampshire
new jersey
new mexico
new orleans
north carolina
north texas
nyc
oklahoma
philadelphia
pittsburgh
portland
richmond
rochester
rogue valley
saint louis
san diego
san francisco
san francisco bay area
santa barbara
santa cruz, ca
sarasota
seattle
tampa bay
tennessee
united states
urbana-champaign
vermont
western mass
worcester

Westasien
armenia
beirut
israel
palestine

Themen
biotech

Intern
fbi/legal updates
mailing lists
process & imc docs
tech
volunteer
 
 :: ABSTENTION ! ::
 Themen | Anti-Kapitalismus/Globalisierung | Medien/Netzaktivismus 29-03-2017 05:51
AutorIn : cnt - ait
Le rituel de la farce électorale provoque chez les libertaires de tout poil, d’âpres discussions, mais à peu près tout le monde semble d’accord sur le sujet. L’abstention est bien la meilleure réponse face à l’inutilité du vote. Les urnes n’ont jamais engendré de Révolution, mais le principe du vote dans les démocraties auto-proclamées représentatives n’en est pas pour autant un rituel désuet et inutile. Bien au contraire, le vote a été la voie royale par laquelle se sont mis en place des États totalitaires et dictatoriaux qui ont acquis et tirés leur légitimité de l’élection. Car, le rôle premier du vote est bien de donner une apparente légitimité à ce qui n’en a pas, à ce qui n’en a jamais eu.


En effet l’acte de mise en urne de sa propre voix est, avant tout, l’acte de soumission volontaire et délibérée de l’individu au pouvoir d’un autre. Voter, dans un système électoral représentatif, c’est avant tout accepter qu’un autre parle et décide à ta place. Le système électoral n’est rien d’autre que la capitulation de l’individu au nom du principe de majorité où le nombre fait loi. En période électorale, les injonctions au "civisme" se font toujours plus pressantes. Et, nous pouvons entendre des "Faites voter, abonnez un ami, inscrivez-vous sur les listes électorales, etc". Cela s’adresse à tout le monde, bien sûr, mais en particulier aux jeunes, surtout les jeunes de banlieue. L’argument massue qui est supposé les convaincre leur dit "plutôt que d’aller casser ou brûler des voitures, profitez de l’élection pour exprimer vos colères".

En général nous assistons à une compétition entre partis politiques dits de "droite" et partis politiques dits de "gauche". Certains vous la promettent "dure" (la compétition), pendant que d’autres vous l’édulcorent pour vous le refiler en "douceur". Mais vous refiler quoi au fait ? … Le capitalisme et tout ce que cela engendre. Donc, si nous votons, nous votons comment nous nous ferons licencier, de quelle manière la police nous tapera dessus si nous protestons, de comment la "justice" nous jugera, etc. Et, attention ! Tout cela, sans que nous ayons notre mot à dire !

Nous entendons souvent à la télé, lisons dans les journaux et écoutons un peu partout et jusque dans le bar du coin, ce genre de sottises : "Le droit d’vote, y faut l’dire, c’est sacré ! Vraiment !… Hé, y’a des gens qui sont morts pour ça, hein !"... Cela résumerait, en quelque sorte, toute l’histoire de l’humanité qui serait, dès lors, ramenée à "ça" : Si Spartacus a défié Rome, si les Sioux ont résisté, si les Canuts ont cassé leurs machines, si Louise Michel, Valles, Reclus, se sont insurgés lors de la commune de Paris, c’est uniquement pour "ça" ! ... Pour que nous puissions aller voter ! voter ! Et voter ! … Alors qu’en fait, il s’agit d’élire ceux qui pourront gérer la paix sociale afin que notre exploitation puisse continuer.

Au delà du vote pour élire un président (ce qui nous est présenté comme le summum de la démocratie – suffrage universel oblige) qui aura pour seules fonctions de nous représenter et, surtout, de nommer le gouvernement qui sera chargé de nous imposer sa politique, il y a parfois des votes pour prendre des décisions dans la plus pure tradition démocratique capitaliste et qui sont censés donnés la nécessaire touche démocratique pour que tout baigne.

Mais, quelques exemples nous montreront que, hélas, le vote, lorsqu’il ne va pas dans le sens souhaité par l’administration, quelle qu’elle soit, est purement et simplement bafoué.

Il y a quelques années, à Chamonix ou à Chaulnes, les habitants ont exprimé, par le vote, leur refus de vivre au milieu des avions et des camions. Leurs décisions, pourtant démocratiquement acquises – par le biais du principe de la majorité, s’entend - furent invalidées par les tribunaux. D’après les députés (qui font les lois), les habitants sont incompétents pour décider de leurs conditions de vie (mais seulement quand ils ne votent pas comme il faut !).

Plus récemment, en 2005, le fameux vote sur le traité pour la constitution européenne qu’une majorité d’électeurs avait officiellement refusé ... eh, bien ! Sarkozy nous l’a imposé quelques années plus tard, avec cynisme et sans la moindre vergogne, car les électeurs n’auraient pas compris comment il fallait voter. Et là, tous les donneurs de leçons qui nous disent qu’il faut aller voter, on les entend moins. Mais, nous dira-t-on, nous caricaturons, nous sommes négatifs, ils ne sont pas tous pourris, et y’ en a même des qui sont biens, ou que sais je encore ...

Faut-il, également, vous rappeler les votes fastidieux pour faire adopter ce fameux traité de Lisbonne qui eurent lieu en Irlande ? Là, Messieurs, dames, pour faire bien voter, il a fallu s’y reprendre à deux fois ! Sachez que, lors du premier vote, les irlandais, non plus, "ne comprirent pas" comment il fallait voter et, donc, il fallut recommencer pour voter comme les politiciens le souhaitaient.

Prenons, maintenant, le cas de Lula, au Brésil, à Porto Alegre. Cette municipalité est (ou a été) dirigée par des trotskistes du parti des travailleurs (PT). C’est au sein de ce soit-disant "laboratoire social" que se concoctait l’infaillible recette pour donner aux masses un avenir radieux - du moins le prétendaient-ils. Pratiquement seuls dans ce panorama à être un "tantinet" critiques, nous, les militants de la CNT-AIT, nous en avons pris pour notre grade : "sectaires, dogmatiques, donneurs de leçon …, et j’en passe …" Mais nos compagnons de la COB-AIT qui dénonçaient la logique électoraliste de Lula et appelaient à l’abstention, eux, se faisaient carrément tirer dessus à coup de revolver ! (Et vive la démocratie représentative ! bang !)

Quelque temps après, c’était en octobre 2002, Lula est élu à la présidence de la république bananière du Brésil. Cette fois-ci, avec un trotskiste pur jus président de la république, on allait voir ce qu’on allait voir. Et en moins d’un an, nous avons vu, tout le monde a vu, et les brésiliens ont vu : Réduction drastique des budgets sociaux, réforme fiscale favorisant les hauts revenus (ben tiens), blocage des salaires des fonctionnaires, réformes des retraites dont l’âge de départ a été relevé de 7ans ! les pensions, elles, diminuées de 30 %, etc.

Et tout ça, sans mouvements sociaux. Alors, content du voyage ? Ce fut plus fort que Sarkozy, Valls et Hollande réunis. Il m’a souvent été dit, et j’imagine, à tous les abstentionnistes aussi, que : "Si tu ne votes pas, tu fais le jeu du FN". Et, avec notre critique du vote, nous aussi, nous ferions, paraît-il, le jeu du FN.

Rappelons ce que l’Anarchiste Buenaventura Durruti disait à Barcelone, en 1932 : "Les socialistes et les communistes disent que nous abstenir aux élections, c’est favoriser le fascisme. Mais nous avons toujours dit que l’État est un instrument d’oppression au service d’une caste. Et nous restons fidèles à nous-mêmes. Le mouvement de libération doit toujours faire face à l’État. C’est pourquoi nous prônons l’abstention électorale active. Active veut dire que, tout en nous abstenant de la stupidité électorale, nous devons rester vigilants dans les lieux de production et dans la rue.

Les vrais bandits, les vrais malfaiteurs, ce sont les politiciens qui ont besoin de tromper et d’endormir les ouvriers en leur promettant la semaine des 4 jeudis pour leurs arracher un vote qui les porte au parlement et leur permet de vivre en parasites sur la sueur des ouvriers. Lorsque nos camarades députés socialistes ont, eux aussi, unis leurs voix à cette cohorte d’eunuques, ils ont montré leur vrai visage. Car il y a de nombreuses années qu’ils ont cessé d’être des ouvriers, et par conséquent des socialistes. Ils vivent de leur activité de député.

Que les républicains socialistes le sachent : ou bien ils résolvent le problème social, ou bien c’est le peuple qui le résoudra. Nous savons que la république ne peut pas le résoudre. Aussi, disons nous clairement à la classe ouvrière qu’il n’y a plus qu’un dilemme : ou mourir comme des esclaves modernes, ou vivre comme des hommes dignes, par la voie directe de la Révolution sociale. Vous donc, ouvriers qui m’écoutez, sachez à quoi vous en tenir. C’est de vous que dépend le changement du cours de votre vie".

Quatre ans plus tard, le 19 juillet 1936, les Anarchistes Espagnols, et parmi eux Durruti, barraient la route au coup d’État fasciste en prenant les armes et par la révolution sociale. Pendant ce temps, les députés parlementaient gaiement ... avant que les partis politiques ne tirent dans le dos des Anarchistes et autres Révolutionnaires, tuant ainsi la Révolution en Espagne !

Alors que fait-on si nous n’allons pas voter ? Bien avant l’apparition tragique de l’économie marchande et du travail forcé, bien avant le règne mortifère et destructeur de la bourgeoisie, l’humanité des temps anciens a vécu pendant des dizaines de milliers d’années au sein de sociétés sans État où les décisions concernant la vie commune étaient prises par des assemblées générales de tous les membres de la communauté. Il ne s’agit pas d’idéaliser ces sociétés, mais il est bon de rappeler que les pratiques de démocratie directe et d’assembléisme sont issues de ce très lointain passé. (NDLR : voir les travaux de P. Clastre, J. Mallaury, ou M. Sahlius). Les rebelles et les révolutionnaires de toutes les époques ont cherché à renouer avec cette pratique, tout simplement, parce qu’elle est la seule à tourner le dos à toutes les oppressions et la seule qui donne la possibilité de fonctionner sur un mode réellement humain.

La démocratie directe empêche la confiscation de la parole de tous au profit d’un seul ou de quelque-uns. Le porte-parole ou le délégué n’est, effectivement, que le porteur, le vecteur de la parole des autres. L’assemblée qui l’a choisi peut, à tout moment, le révoquer s’il s’avère que le mandat confié n’est pas respecté.

Ce système politique n’engendre donc pas de prise de pouvoir. Non seulement le mandaté est constamment soumis au contrôle pour les mandats qui lui sont confiés mais encore sa délégation est limitée, dans le temps et dans son objet. Il est évident que la bourgeoisie et toutes les classes dominantes qui l’ont précédée ont toujours cherché à justifier leurs oppression. La bourgeoisie a toujours prétendu que les sociétés humaines n’avaient jamais fonctionné sur d’autres modes que tutélaires et a donc toujours nié qu’elles aient pu avoir la capacité d’échapper à une tutelle, c’est-à-dire au supplice de la domination. Mais cet argument (qui n’est en fait qu’un "simple" déni) ne tient pas la route, car l’humanité à vécu beaucoup plus longtemps sans joug que sous le fer. Elle saura sans nul doute, tôt ou tard, retrouver le chemin de la Liberté. Ce n’est qu’une question de temps.
 :: 14 Inhaltliche Ergänzungen : > Ergänze diesen Artikel (.onion )
  Précisions SVP...
29.03.2017 12:30  
Je ne comprend pas pourquoi ce texte ne conclut pas avec un appel à participer à la manifestation du 22-04-2017 intitulée "PREMIER TOUR SOCIAL", qui sera dirigée simultanément contre le patronat et contre l'état (police et justice de classes)...


AutorIn: EXPERT
  la cnt-ait ne manifeste pas avec n'importe qui
29.03.2017 23:06  
ne pas mélanger les torchons et les serviettes


AutorIn: A
  Très juste !
03.04.2017 05:24  
« La CNT-AIT ne manifeste pas avec n'importe qui ».

Et elle a bien raison ! Quand on voit la liste des signataires de l'appel à cette « manifestation » (déambulation inoffensive, promenade des illusions seraient plus justes !), on comprend que l'AIT ne veuille pas faire un tour avec les principaux saboteurs syndicaux des luttes (la CGT au premier rang !) ainsi qu'avec toutes les fripouilles staliniennes et de « Gôche » que compte le pays !

Cette manifestation n'est en rien dirigée contre le patronat ou l'Etat ! Elle n'en sera que la caution radicale, celle qui permet d'affirmer que la solution aux problèmes des exploités se trouve dans la démocratie ! Je crains que n'importe quel révolutionnaire ne soit pas d'accord avec cette assertion : c'est de la DESTRUCTION de la démocratie que viendra un début de solution…


AutorIn: VSGCI
  FAUX !!!
04.04.2017 13:16  
Selon mes infos cette manifestation pour troubler la campagne électorale la veille du vote émane de la minorité CGT qui critique MARTINEZ, THIBEAUD et la CES + certains syndicats SUD + certains organisateurs de la manifestation du 19 MARS...etc...
Manifestation UNITAIRE votants/abstentionnistes (ceux qui vont voter Mélenchon ou Poutou pour faire ièch le PS ne sont pas forcément des cons !).
Je rappelle qu'en FRANCE 50% des ouvriers et 50% des jeunes ne votent plus depuis longtemps...


AutorIn: Déconologue
  .
04.04.2017 23:34  
D'après les sondages, 100% des ... sont des ...


AutorIn: .
  Anti intellectualisme...
05.04.2017 03:04  
C'est QUOI ce mépris des sondages ? De l'anti intellectualisme stalinien ? Ou une posture de morveux prétentieux ?


AutorIn: Correcteur très sévère
  -
05.04.2017 04:59  
C'est QUOI cette adoration et cette invention des sondages ? De l'anti intellectualisme stalinien ? Ou une posture de morveux prétentieux ?


AutorIn: -
  http://www.homme-moderne.org/societe/socio/bourdieu/que
05.04.2017 19:05  
l'opinion publique n'existe pas


AutorIn: http://www.acrimed.org/L-opinion-publique-n-e
  faits...
05.04.2017 19:48  
Les taux d'abstention aux élections sont des faits, pas des opinions.
On peut comparer les chiffre entre INTENTION de s'ABSTENIR (opinion) et ABSTENTION REELLE (faits)...Alors on obtient ainsi des données qui ne valent que ce qu'elles valent (pas d'adoration légitime) mais dont il n'est pas stupide de tenir compte.
Critiquer certains sondages est légitime mais le mépris total pour ces enquêtes est une posture obtuse...
Il faut vraiment comprendre ce que Bourdieu voulait affirmer avec cet article...Donc il faut commencer par le lire ou le relire... En aucun cas il ne voulait interdire les sondages, ni sur le plan épistémologique leur nier tout intérêt, car il n'était pas un petit morveux prétentieux.


AutorIn: Abstentionniste
  contre les polices et sciences politiques
06.04.2017 04:12  
l'abstention est un fait


dire "qui" s'abstient par contre ...


AutorIn: :(
  http://www.homme-moderne.org/societe/socio/bourdieu/que
06.04.2017 07:22  
 http://www.homme-moderne.org/societe/socio/bourdieu/questions/opinionpub.html

conclusion :


Bref, j'ai bien voulu dire que l'opinion publique n'existe pas, sous la forme en tout cas que lui prêtent ceux qui ont intérêt à affirmer son existence.

J'ai dit qu'il y avait d'une part des opinions constituées, mobilisées, des groupes de pression mobilisés autour d'un système d'intérêts explicitement formulés ; et d'autre part, des dispositions qui, par définition, ne sont pas opinion si l'on entend par là, comme je l'ai fait tout au long de cette analyse, quelque chose qui peut se formuler en discours avec une certaine prétention à la cohérence.

Cette définition de l'opinion n'est pas mon opinion sur l'opinion.

C'est simplement l'explicitation de la définition que mettent en œuvre les sondages d'opinion en demandant aux gens de prendre position sur des opinions formulées et en produisant, par simple agrégation statistique d'opinions ainsi produites, cet artefact qu'est l'opinion publique.

Je dis simplement que l'opinion publique dans l'acception implicitement admise par ceux qui font des sondages d'opinion ou ceux qui en utilisent les résultats, je dis simplement que cette opinion-là n'existe pas.


AutorIn: http://www.homme-moderne.org/societe/socio/bo
  Bien sûr....
06.04.2017 11:42  
Bien sûr, il ne faut pas idolâtrer les sondages, ni les considérer comme fiables à 100%... Ils peuvent être utilisés comme argument de PROPAGANDE (80% des gens sont pour les asperges donc les asperges sont démocratiques = argumentum ad populum = sophisme / si tu remplaces asperges par extermination des tziganes, on voit de suite que c'est une foutaise, mais, si tu remplaces extermination des tziganes par interdiction du tabac ou des OGM, ça remarche !!!).

On peut aussi mesurer scientifiquement une opinion qui n'existait pas avant le sondage ( Si vous n'aviez que le choix entre rouler en ROLLS ROYCE ou en LAMBORGHINI que choisiriez-vous ? )... Ce n'est pas pour autant illégitime, si le but est de comprendre la "mentalité" des populations étudiées ( moi je choisis la ROLLS pour les 5 places assises et la malle arrière ).

CONCLUSION: OK, l'opinion publique n'existe pas, n'existe pas vraiment, et, en plus, elle peut changer très vite... Cela ne justifie ni l'interdiction ni le mépris des sondages qui sont un OUTIL parmi d'autres pour connaître la société.


AutorIn: Abstentionniste
  Moi j'admire....
06.04.2017 13:17  
Etes vous d'extrême gauche, de gauche, du centre gauche, du centre droit, de droite, d'extrême droite ou inclassable ???????
Les gens qui répondent INCLASSABLE se CLASSENT dans la catégorie INCLASSABLE. C'est sublime, je mouille comme une nymphomane.


AutorIn: Adoratrice idolâtrique
  tout ça n'empêche pas la cnt-ait de voter… charlie !
22.04.2017 15:42  
Il y a plusieurs façons autres que le vote pour rentrer dans les rangs de la "démocratie et de l'union nationale :

AYONS LE CULTE DE L’ESPRIT CRITIQUE/ LE « MAIS » QUI TUE

Il y a une façon de « soutenir » qui est surtout une façon sournoise « d’enfoncer ». C’est le fameux « mais » (« Je ne suis pas raciste, mais…). Pour faire court, ici, c’est quelque chose comme : « Nous condamnons le crime contre Charlie, MAIS – suit ici la liste des récriminations : leurs caricatures étaient choquantes, ils étaient islamophobes, voire fascistes… », autrement dit, « Ils l’ont bien cherché ») [5].

Ce « Mais » est un mais qui tue. Car, peu ou prou, il justifie les assassins. Or, nous avons vu fleurir ce « mais », pleutre et jésuitique, dans des milieux ultradicaux, « … de nombreux anti-impérialistes, antisionistes, anarchistes ou gauchistes [ont renvoyé] dos à dos, après quelques précautions d’usage hypocrites (« nous sommes horrifiés », etc.), les assassins et les victimes de « Charlie Hebdo » [6].

Le NPA nous en offre un bon exemple. Tout en déplorant « les circonstances les plus tragiques et abominables » il souligne que Charlie Hebdo aurait été « un hebdomadaire peu fréquentable pour les antiracistes » [7].

« Le summum de l’ignominie, parmi les individus médiatiques, a sans doute été atteint par Norman Finkelstein dont les posts traduits en français [8] mettent en parallèle la couverture de « Charlie Hebdo » ( «  Le Coran, c’est de la merde, ça n’arrête pas les balles »), avec une autre couverture imaginée par un salopard, représentant Charb s’exclamant « Charlie, c’est de la merde, ça n’arrête pas les balles ». A un niveau plus confidentiel mais tout aussi nocif, la liste a-infos a diffusé le texte d’un anarchiste (José Antonio Gutierrez D.) qui reprend exactement le même raisonnement ignoble. »*2.

D’autres se réfugient dans un silence pesant, comme s’il ne s’était rien passé (Pau, Gap… pas un mot, au 31 janvier sur leur site). « Quant à la Coordination des groupes anarchistes [CGA], elle a diffusé un communiqué dans lequel elle proclame : « Nous n’oublions pas le rôle qu’a tenu Charlie Hebdo dans la diffusion des discours racistes, sexistes et islamophobes ces quinze dernières années. Mais rien ne justifie de tels crimes et nous sommes solidaires des familles et proches des victimes. » Donc, si l’on suit bien ce raisonnement fumeux et tortueux, après nous avoir expliqué qu’ils étaient contre « tous les fascismes », religieux, nationalistes, etc., contre les partisans du choc des civilisations, contre toute récupération politicienne, ces libertaires mettent les journalistes de « Charlie Hebdo » dans le même sac que les fascistes, rejoignant ainsi le camp de ceux qui expliquent « Quelque part, ils ne l’ont pas volé. ».

 http://www.cntaittoulouse.lautre.net/spip.php?article735&artpage=2-2#nb8

Vous avez bien lu : le « salopard », c’est celui qui détourne le dessin d’une personne « respectable » qui elle peut se permettre d’ironiser sur le Coran « qui n’arrête pas les balles » dans une manifestation en Egypte qui se termine par une tuerie de 900 personnes. Ça montre bien les limites de la liberté d’expression chez certains « révolutionnaires » et ce qui nous attend si jamais ils ont le moindre pouvoir :

« En Arabie Saoudite, on condamne les blogueurs à 1 000 coups de fouet et 10 ans de prison pour « insulte à l’Islam ». En France socialiste, on arrête les enfants et on les enferme avant de les mettre en examen pour « apologie du terrorisme ».

Depuis les attentats du 7 janvier, un vent de folie collective s’abat sur la France. Le ministère de l’injustice, recense plus de 100 procédures ouvertes pour « apologie du terrorisme », soit environ 10 par jour si on laisse le dimanche aux procureurs pour compter leurs scores respectifs dans cette nouvelle course aux chiffres surréaliste. 30 personnes ont déjà été condamnées, soit plus qu’au cours des 20 dernières années. Amnesty International, Human Rights Watch et le syndicat de la magistrature dénoncent cette dérive totalitaire. Ils sont bien les seuls. […]

Les enfants particulièrement ciblés. […] Toujours à Nantes. Décidément… Un lycéen publie sur son mur Facebook [cette caricature] qu’il trouve particulièrement « marrante » selon ses propres termes. […] Quelques jours plus tard, il est interpellé par la police chez lui et placé en garde-à-vue puis déféré le lendemain après avoir passé la nuit en cellule. Le parquet, requiert son placement en liberté surveillé et sa mise en examen pour apologie du terrorisme. Il a 16 ans… »

 https://blogs.mediapart.fr/philippe-alain/blog/240115/la-france-en-guerre-contre-ses-enfants

Attention, les enfants, vous savez ce qui vous attend si vous ne respectez pas le « MAIS » qui tue !


AutorIn: Nicolas
GNU Free Documentation License 1.2 Sämtlicher Inhalt auf Indymedia Deutschschweiz ist verfügbar unter der Creative Commons Attribution-ShareAlike 2.0 Germany.
Für sämtlichen Inhalt der jeweiligen Beiträge unter Indymedia Schweiz und Indymedia Deutschschweiz sind nur die jeweiligen AutorInnen verantwortlich!
Indymedia Schweiz läuft mit MIR 1.1
Use GNU!