Startseite | Gemeinsame Startseite | Publizieren! | Feature Archiv | Newswire Archiv | Trasharchiv


Über Indymedia.ch/de
Indymedia-Café
Editorial Policy / Moderationskriterien
Über Sprache sprechen - Sexismus in der Sprache
Wie kann ich auf Indymedia.ch publizieren / Allgemeines zu Medienaktivismus
Kontakt
Wiki
Mailingliste
Medienaktivismus
Gedanken zu Provos & Fakes
Links









 
www.indymedia.org

Projekte
print
radio
satellite tv
video

Afrika
ambazonia
canarias
estrecho / madiaq
kenya
nigeria
south africa

Kanada
london, ontario
maritimes
montreal
ontario
ottawa
quebec
thunder bay
vancouver
victoria
windsor

Ostasien
burma
jakarta
japan
korea
manila
qc
saint-petersburg

Europa
abruzzo
alacant
andorra
antwerpen
armenia
athens
österreich
barcelona
belarus
belgium
belgrade
bristol
brussels
bulgaria
kalabrien
croatia
cyprus
emilia-romagna
estrecho / madiaq
euskal herria
galiza
deutschland
grenoble
hungary
ireland
istanbul
italy
la plana
liege
liguria
lille
linksunten
lombardia
london
madrid
malta
marseille
nantes
napoli
netherlands
nice
northern england
norway
nottingham
oost-vlaanderen
paris/île-de-france
patras
piemonte
poland
portugal
roma
romania
russia
sardinien
schottland
sverige
switzerland
thorn
toscana
toulouse
ukraine
großbritannien
valencia

Lateinamerika
argentina
bolivia
chiapas
chile
chile sur
brasilien
sucre
colombia
ecuador
mexico
peru
puerto rico
qollasuyu
rosario
santiago
tijuana
uruguay
valparaiso
venezuela

Ozeanien
aotearoa
brisbane
burma
darwin
jakarta
manila
melbourne
perth
qc
sydney

Südasien
india
mumbai

Vereinigte Staaten
arizona
arkansas
asheville
atlanta
austin
austin
baltimore
big muddy
binghamton
boston
buffalo
charlottesville
chicago
cleveland
colorado
columbus
dc
hawaii
houston
hudson mohawk
kansas city
la
madison
maine
miami
michigan
milwaukee
minneapolis/st. paul
new hampshire
new jersey
new mexico
new orleans
north carolina
north texas
nyc
oklahoma
philadelphia
pittsburgh
portland
richmond
rochester
rogue valley
saint louis
san diego
san francisco
san francisco bay area
santa barbara
santa cruz, ca
sarasota
seattle
tampa bay
tennessee
united states
urbana-champaign
vermont
western mass
worcester

Westasien
armenia
beirut
israel
palestine

Themen
biotech

Intern
fbi/legal updates
mailing lists
process & imc docs
tech
volunteer
 
 :: CA NOUS TAPE SUR L’ANTI-SYSTÈME !!! ::
 Themen | Anti-Kapitalismus/Globalisierung | Medien/Netzaktivismus 10-04-2017 03:19
AutorIn : O . C . L Boulogne sur Mer, le 17 Mars 2017
Que l’on soit châtelain-e de Saint-Cloud ou de Solesme, avocat-e d’affaire ou banquier-e, à la tête de boîtes de « conseil », basiquement énarque ou simplement politicien-ne de carrière depuis trente ans, il est de bon ton ces temps-ci dans notre démocratie statocentriste de pourfendre le système, de retourner la table, bref de marcher vers la révolution.

Dans la même veine et avec le même aplomb, après avoir pris des libertés avec l’argent public ou imposé à l’assemblée des lois combattues dans la rue, il sied de s’engager dans les programmes à éclaircir les prodigalités allouées aux élus comme de faire un usage raisonné de lois et pratiques liberticides.

« Anti-politisme » démago primaire. Certes, sauf que...

***** Sauf qu’ à y regarder de plus près, la campagne délétère pour la présidentielle révèle l’état de vacuité politique généralisée du moment.

En effet tous les voyants sont au rouge pour les politicards et leurs lambeaux de partis ; les fausses naïvetés, les sophismes réitérés autant que les opportunismes navrants ne leur laissant aucune chance d’adhésion populaire. Même cause, même remède ; même motif, même punition : avec un bel ensemble, ils nous rejouent le psychodrame, devenu une constante de la présidentielle depuis 2002, de la hantise migratoire et de l’insécurité avec pour corollaire la montée du FN. Tant les affichés démocrates que les républicains – pléonasme ou oxymore ? – exhibent naturellement l’extrême droite comme un épouvantail. Comme si ses dogmes et ses pratiques n’étaient pas déjà la base obligée de l’exercice du pouvoir ou du discours pour y accéder :la lutte électorale sans merci qu’ils se livrent, au sein même de leurs clans, repose sur la loi du plus fort, la duplicité, le déni, la bassesse des mots et le mépris du sens. Tous les excès crasses et les Trump-l’œil tiennent lieu de règles du jeu dont les dupes seront les non-abstentionnites ; on ne peut guère plus parler d’électeur-trice-s tant le chantage les contraint à un choix par défaut.

Quel est le programme ? Force est de se garder d’employer un pluriel hâtif tant le maillage des propositions s’avère être un pot-pourri d’aménagement des besoins du capital dans une France forte et compétitive, percluse d’injonctions paradoxales pour le prolétariat soumis à un état d’urgence policier, social, économique et culturel. Car s’il est un système qui repose sur la concurrence internationale, interboîte, interpersonnelle, c’est l’économie de marché et son corollaire : la recherche du profit immédiat. Ce n’est à l’évidence pas contre ce système-là que se dressent les mentors de la République en danger. Non, il s’agit d’autre chose. Un mal plus sournois, qui s’insinue jusque dans les consciences les plus gaulliennes, les plus résistantes, les plus insoumises, qui compose un rôle en or pour les comiques troupiers : le déclin de la France ! Des immigrés aux faux chômeurs, des smicards jusqu’au-boutistes aux fraudeurs aux allocs, tout ce qui se ligue pour jeter la démocratie en pâture à l’extrême droite. Et de l’abnégation de s’offrir en personnage providentiel, le rempart à la bébête immonde qui monte, qui monte…
Car il est acquis, n’est-ce-pas, que Marine sera au second tour et que chacun est le seul à pouvoir « rassembler » contre le monstre qu’il a contribué à construire et qui désormais lui échappe. Car ce serait faire injure à l’intelligence du commun que d’ignorer que c’est bien autour de la fachosphère que s’opèrent toutes ces révolutions. On est effectivement dans l’aspiration à (ou par ?) un autre système gravitationnel de la classe politique : un sorte de trou brun qui bouffe tout objet social qui s’en approche et le recrache sous forme désintégrée. Pourtant ils tournent…

Alors, de quel système faudrait-il s’échapper ? D’une politique entrepreneuriale professionnalisée, faite de constructions structurelles et aux montages financiers qui permettent la survie des partis pour eux-mêmes. On s’habitue à ne voir que ce qui est mis en lumière : le noyau. Or c’est une nébuleuse d’associations, de clubs de réflexion, de micro-partis, d’interactions avec le monde du bizness... qui gravitent autour des maisons mères. Faire la retape, caser son monde aux postes-clefs, glaner du fric, trouver les opportunités plus au moins légales pour le faire… Une fois aux manettes les plus hardis s’entichent de guest stars de la « société civile » : représentant-e-s d’assos pare-feu ou experts, dont la sociologie ne dépareille pas trop et s’améliore encore au contact des sous-secrétariats.

Les anti-systèmes en lice n’offrent guère d’alternative optimiste. Soit la lutte des classes est écrasée par les dominants, soit elle est déclarée caduque au nom d’un consensus d’union nationale, où chacun-chacune devra faire un effort, etc., soit on fait mine de prendre les rapports d’exploitation et de d’aliénation en compte mais sans espoir de la suppression des dites classes.

---+-------+--------- Que choisiront les victimes aux urnes :

un régime durable ?

Une France millénaire ?

Une sixième République ?

Pourquoi pas l’An 01 ?
 :: Keine Ergänzungen Ergänze diesen Artikel (.onion)
GNU Free Documentation License 1.2 Sämtlicher Inhalt auf Indymedia Deutschschweiz ist verfügbar unter der Creative Commons Attribution-ShareAlike 2.0 Germany.
Für sämtlichen Inhalt der jeweiligen Beiträge unter Indymedia Schweiz und Indymedia Deutschschweiz sind nur die jeweiligen AutorInnen verantwortlich!
Indymedia Schweiz läuft mit MIR 1.1
Use GNU!