FAIRE TOMBER TOUS LES MURS
  Theme(s) Anticapitalisme / Antiglobalisation - Répression -  
  06-05-2010 18:32
Auteur : trois ami-e-s autour d'une table
 
 
  Réflexions sur la répression policière et carcérale.  
     
  Aucun prétexte valable n’existe pour justifier qu’une personne puisse en dominer une autre; ni ses idées politiques, ni son comportement, ni sa provenance sociale, ni ses préférences sexuelles, ni sa nationalité, ni ses capacités particulières... Ainsi, tous les individus sont libres et il est inconcevable de les maintenir enfermés par la volonté d’autrui.

Le but de cette réflexion n’est pas de s’attaquer à un individu ou à un épisode de violence étatique en particulier, mais d’affirmer que l’existence de cette violence est intrinsèque au système dans lequel on vit. En effet, celui-ci ne fonctionne que si certaines institutions de répression, telles que prison et police, sont mises en place. Cela doit nous amener à remettre en cause la signification de la démocratie définie comme instrument de pouvoir de citoyens égaux entre eux. La prison est un moyen de répression et de contrôle pour l’état, de même façon que les autorités favorisent, encouragent et banalisent l’utilisation de la violence contre les comportements déviants, car elles en ont besoin pour maintenir le status quo politique et la stabilité économique. L’état arrive à gérer les conjonctures économiques par l’utilisation de la violence sur les catégories de la population les plus défavorisées - en Suisse particulièrement les étrangers. Tout le système politique, qui repose sur un partage des pouvoirs entre des partis défendant les mêmes intérêts, est trop lié au système économique pour pouvoir s’écarter de ce schéma. Le rôle de la police est de protéger ces intérêts politiques et économiques, et cela n’a rien à voir avec la mission de protection du citoyen qu’ils essaient de nous vendre. Les nouvelles lois anti-terroristes sont symptomatiques de ce phénomène dans le sens où, avant-tout, elles sont utilisées pour éradiquer toute possibilité de dissensus politique. Il n’est pas possible de
concevoir une amélioration de la police car la répression est son but primordial.

Les politiques criminelles n’ont aucune influence sur le taux de criminalité. Les politiques répressives n’ont que des buts électoralistes. En particulier la gauche parlementaire se sent obligée de soutenir de telles politiques pour surfer sur la vague sécuritaire initiée par l'extrême droite, afin de montrer à ses électeurs qu’elle agit sur ce terrain, alors qu’elle sait pertinemment que ces politique ultra-répressives n’auront aucune influence sur la criminalité et n’auront pour résultat que d’augmenter le nombre de personnes emprisonnées. Cela provoque en plus la stigmatisation de certaines catégories de la population qui finissent plus souvent en prison que d’autres car elles sont les personnes les plus opprimées et qui
ont le moins de moyen de se défendre.

Penses-tu de pouvoir finir en taule un jour ou l'autre ? Si non, questionnes-toi sur le pourquoi. Ton origine sociale a-t-elle selon toi une influence sur cette possibilité? Comment expliques-tu le grand pourcentage de personnes étrangères incarcérées par rapport aux
Suisses? Une partie des forces politiques répondent, de manière plus ou moins explicite et nauséabonde, en affirmant une présumée supériorité ethnique, cette hypothèse inacceptable rappelle une triste idéologie du siècle passé. L'autre partie met en avant des motivations liées au manque d'intégration sociale. Et dans ce cas on ne peut que douter que l'emprisonnement puisse y être une réponse. Et si ce phénomène s'explique simplement par le fait que la prison sert précisément à exclure et à empêcher la solidarité entre les gens n'appartenant pas au pouvoir?
Tes comportements sont-ils toujours conformes aux lois? Penses-tu qu'il faille toujours respecter les lois, même quand elles ne sont pas éthiquement ou politiquement justes?
 
     
 
> tract
tract
 
  > Ajouter un commentaire  
   
> Ajouter une traduction à cet article
> Télécharger l'article au format .PDF
> Envoyer cet article par e-mail
 
Prends l'information en mains
>> Archives newswire <<