À l’abattoir?
  Theme(s) Anticapitalisme / Antiglobalisation - Répression -  
  09-06-2010 14:27
Auteur : anonyme
 
 
  Il y a des signes qui ne peuvent plus tromper quiconque. À l’exception peut-être de ceux pour qui la myopie est une manière de conjurer l’Histoire.  
     
  Des signes qui nous rappellent tragiquement à l’évidence de la guerre qui se joue partout. On pourrait gloser sans fin à savoir si cela est vraiment la guerre et croire qu’un instant peut-être on pourrait s’y soustraire par la seule force du doute. Peut-on pourtant encore douter de ce qui se vit en Irak, en Afghanistan, à Gaza, dans les banlieues, dans les centres de rétention, dans n’importe quelle prison, dans l’atmosphère irrespirable des open-spaces ou sur la chaîne des usines...
En mars 1943, les habitants de Varsovie continuaient à emmener leurs enfants jouer dans les parcs sous les murs du ghetto tandis que celui-ci brûlait pour en finir avec les derniers insurgés.
À quelle distance doit-on se placer pour dire si on est en guerre ou pas ?
Quoi que pensent et disent ceux qui aimeraient, envers et contre tout, toujours considérer la Suisse comme une île de paix perdue au milieu de l’océan du monde, préservée de la tourmente générale, la guerre se joue aussi ici et maintenant.
Et que l’on ne vienne plus nous dire que la guerre c’est loin, c’est autre chose, quelque chose de bien plus grave. La guerre n’est ni nouvelle ni achevée. La guerre se perpétue et se déploie sous des formes infiniment sournoises. Elle se manifeste seulement avec plus ou moins d’intensité selon les nécessités du moment avec ses armes, ses tactiques, ses stratégies et ses morts.
Là, c’est un Nigérian ligoté des pieds à la tête qui meurt étouffé lorsqu’on le force à embarquer sur un vol destination Lagos.
Là, c’est un détenu qu’on laisse crever d’asphyxie dans sa cellule de Bochuz pour s’en débarrasser définitivement.
Encore là, c’est un môme à qui on loge 
une balle dans la tête pour avoir volé unevoiture de luxe. Et c’est son frère qu’on jette en prison.
Un môme de 18 ans que la police vaudoise exécute sommairement parce qu’il incarne la figure de l’ennemi.
Il a suffi à quelques journalistes d’invoquer les «gangs de lyonnais» ou de désigner ce môme comme «connu des services de police» pour faire passer la pilule. Comme pour signifier qu’il n’y avait rien d’autre à penser hormis que Sébastien a joué et Sébastien a perdu. Et dire que ce sont les mêmes infâmes qui réclament courageusement en bons démocrates l’abolition de la peine de mort en Chine.
Sébastien a été abattu. Pourquoi ? Pour une voiture, qui aurait de toute façon fini à la casse dans moins de 5 ans. Sébastien est mort parce que les flics tuent pour défendre et conserver un certain état des choses. On les paye aussi pour le faire.
Maintenir l’illusion d’un univers parfait composé de gentils citoyens avec des casques pour protéger leur tête et des gilets fluos sur leur bicyclette électrique qui s’alimentent en produits bios.
Un petit bonheur helvétique construit sur l’exploitation et la mise à sac du reste du monde. Si nous devions rappeler la liste des méfaits auxquels participe ou collabore la Suisse nous n’y arriverions pas.
La confusion qui règne depuis si longtemps est telle qu’il est difficile de faire le rapport par exemple entre l’économie suisse et les SS qui pointaient leur flingue Luger sur la nuque de juifs ukrainiens en 1941. Et pourtant, précisément pour que ce geste-là ait été possible, il a fallu aussi qu’à ce moment historique, le troisième Reich puisse échanger son or à la confédération helvétique et ses banques contre des devises.
Or, argent, diamants, pétrole, gaz, blé, riz, tout s’échange ici, tout se vend, tout s’achète, tout transite sur ces fameux comptes numérotés et fait la fortune des banques et la richesse de la Suisse.
Ce pays est le coffre-fort du monde. Un coffre-fort qui recèle les vilains petits secrets de ce monde. Un coffre-fort rempli par des fortunes gagnées sur des vies d’infortune. Et ici en Suisse, nous en profitons tous. Quoi qu’on en dise. Quoi qu’on en pense.
Alors quoi de plus normal que ceux qu’on a dépouillés de tout viennent là, dans ce pays, pour prendre de ce dont on les a privés. Dérober tout ce qui incarne les rêves de marchandises que ce monde ne cesse de nous vendre. De l’argent, tant qu’il y en aura, il n’y en aura jamais assez pour tout le monde. Et tout le monde le sait. Et tout le monde feint de l’ignorer. La vérité, c’est que dans ce monde, Robin des bois est toujours un héros populaire et sympathique. Tant qu’il restera un personnage de divertissement sur un écran de cinéma. Inoffensif. Quant à ceux pour qui le vol est une façon comme une autre de survivre, ils le payent chèrement. Parfois de leur vie. Comme Sébastien.
On peut se dérober à la brutalité du réel. Une voiture pour une vie. On peut le faire et ne pas voir qu’ils nous font la guerre et continueront à le faire. Certains persistent à parler d’accidents ou de bavures. Qu’ils aient au moins la prudence de se taire et de retourner jouer à leur bac à sable. Comme si la flexion d’un index de flic s’exerçait accidentellement sur la détente d’une arme à feu. Bien sûr...
Nous ne sommes pas dupes. Affirmer que Sébastien est mort assassiné est un minimum.
Affirmer qu’il s’agit bien là d’une guerre en cours en est un autre.
Nous ne demandons pas que ce flic soit envoyé en prison. Nous ne demandons pas que justice soit faite. Surtout pas. Nous n’exigeons rien pour le moment si ce n’est la libération d’Erdal, Yunus, Costa, Sylvia et Billy et de tous les prisonniers. Même les innocents.
En attendant...

Tract distribué au rassemblement 
 contre la répresssion du 6 mai à Lausanne
 
     
   
  > Ajouter un commentaire  
 
> Version originale: (français) | deutsch
 
> Ajouter une traduction à cet article
> Télécharger l'article au format .PDF
> Envoyer cet article par e-mail
    ! 2010-06-09 20:06    
  très apprécié, bravo!  
  solidaires from genève  
    Une guerre qui dure depuis des siècles 2010-06-09 23:33    
  Comme tu l'as si bien écrit, la guerre ne s'est pas terminée, elle se perpétue, sans cesse, sans répit...

C'est la guerre que la bourgeoisie mène depuis des siècles contre le peuple, contre le travailleur, contre le prolétaire, contre le non-possédant. La police est garante de ce système suicidaire, son rôle premier est de maintenir hors de toute menace l'Etat moderne, qui, rappelons-le, a été érigé afin de protéger les seuls intérêts des capitalistes.

 
  eTNAS  
  > Ajouter un commentaire  
 
Prends l'information en mains
>> Archives newswire <<